A propos

Profession de foi

Continuer

Lorsque j’étais enfant je croyais que les feux n’étaient allumés sur les places publiques que pour en braver les flammes le jour de la fête de la Saint Jean. J’ignorais que des hommes pouvaient aussi y brûler des livres.

Devenu grand, à l’aide d’une camera, j’ai fouillé la mémoire de l’histoire de la résistance à Toulouse de 1940 à 1944. J’ai parcouru aux cotés de dizaines milliers d’autres, le pavé des rues en 1968.

De mariages en anniversaires, de captations de spectacles en fêtes occitanes, de défilés de mannequins en inventeurs en herbes, d’art de peindre en fêtes sportives, d’aéronautique en prouesses technologiques, de Bretagne en Pays d’Oc, j’ai essayé modestement de filmer sur demande où de ma propre initiative les hommes dans ce qu’ils ont de plus attachant, mais aussi de plus effrayant parfois.

« Tout est affaire de décor » comme dit Aragon dans son poème : « Est-ce ainsi que les hommes vivent ».